ABOUT

English

BRAND PRESENTATION

Launched in 2017 by Héloïse Chiron, architect, and Louis Marie De Bridiers, tailor craftsman specializing in high measurement for men, a complementary and unpredictable pair, IN GOLD WE TRUST is a Paris label with a transgressive aesthetic.

 

Inspired by the American motto "IN GOD WE TRUST", it challenges our choices by questioning the foundation of our values and the meaning of words. In  world lost between spirituality and materialism, what do we really believe in?

The brand advocates a philosophical, impertinent and societal approach where each collection is a manifesto that tends to upset conventions. The jewel is a medium of reflection.

 

Each collection revolves around a theme.

IN GOLD WE TRUST jewels are made of sterling silver, steel & solid brass coated with 18 carat gold or palladium in Paris

 

 

CHRONOLOGY

Since our first collection, we have been portraying our society in an anticipation scenario.

 

The first collection "CONSUMABLE" discussed the subject of a frenetic consumerist society going to its own destruction.

It deals with mass distribution and overconsumption, by diverting the symbols of the consumerist society.

Following its collapse, comes the second collection "PREPPERS".

Encouraging people to prepare for the worst, for a difficult, different future.

The preppers are "the homebody of the apocalypse", they advocate self-sufficiency, to cope with a sclerotic system that could do nothing for them in the event of a crisis.

It does not deal directly with the end of the world but with how to prepare for it if it does happen.

It materializes the atmosphere known as the certainty of chaos: anticipating the end so as not to survive ... but rather to live differently.

"PREPPERS" revisits technical objects such as the compass, the whistle or the carabiner with 3 bright orange waterproof sets : the essentials of a new era.

The third collection, "PRINCIPIUM", talks about those who have survived and their search for new comfort, a new aesthetic.

We gradually rediscover the notion of superfluity, and social markers. Human nature reaffirms itself with vanity in an eternal restart.

Collection SS/21 : (Soon)

Then, imagine the economic rebirth of this world. A new world on surfaces but based on the remains of the old fallen world.

A world without industry or production, where people find, harvest and collect obsolete objects from the lost society to invent their own system based on the social and solidarity economy.

 

The new collection "LES BIFFINS” is inspired by and pays tribute to these men and women, these ragpickers who have always worked in Paris, Porte Montmartre, for more than a century.

 

 

The "biffe" refers to an old piece of cloth. By extension, the "biffins" were ragpickers […]

Everyweek-end, under the ringroad of Paris (France), close to the fleamarket of Saint-Ouen, […] many biffins occupy the 100 places of the "Biffins’ Square" to sell objects of recovery.

 

The "Biffins’ Square" is a social market for recovery. These sellers are all actors of "re-use". By their activity on the market, they participate in a recycling economy, sustainable development.

[…]

 

Extract from the text by Mathieu Ménard about his photographic project « Biffin »

https://www.mathieumenard.fr/biffin

 

 

 

The biffins are real economic players. Their activity of collecting and reselling various objects, destined for rubbish, bypasses the traditional system of production. This alternative economy would undoubtedly be one of the best suited to allow a society to rebuild itself, in a devastated world, in which money has no more value.

 

On the biffins market, there is an amazing diversity of totally disparate objects.

This apparently disorganized accumulation forms finally a coherent whole, like society, where the sum of each individuality forms a whole, rich and inseparable.

The collection “Les Biffins” transcribes the diversity and consistency of this mixture, both in its concept and its aesthetics.

 

The pieces are numerous and mismatched, of very various sizes, materials and colors. They are made of steel, brass gold, palladium and pink gold plated, beads, as well as solid silver.

Each of them refers to random objects, more or less useful, more or less precious, found or seen one day on a market on a “biffin” orange cloth. Razors, combs, old-fashioned beads necklaces, seashells, children's toys and matchboxes have inspired this collection that is both conscious and poetic.

 

 

(We collaborated on this project with Mathieu Ménard, photographer.

He produced a striking photographic report, highlighting the reality of these men and women, trough 13 portraits of biffins from the Porte de Clignancourt in Paris.)

Limited stocks and production to order take part in a global action for a new reasoned consumption process.

 

Français

PRESENTATION

La marque et lancée en 2017 par Héloïse Chiron, architecte, et Louis Marie De Bridiers, artisan tailleur spécialisé dans la haute mesure pour homme, un duo complémentaire et imprévisible.

IN GOLD WE TRUST est un label parisien à l'esthétique transgressive.

Inspiré de la devise américaine «IN GOD WE TRUST», il défie nos choix en questionnant le fondement de nos valeurs et le sens des mots.

Dans un monde perdu entre spiritualité et matérialisme, en quoi croyons-nous vraiment? La marque prône une approche philosophique, impertinente et sociétale où chaque collection est un manifeste qui tend à bouleverser les conventions.

Le bijou est un outil de réflexion. Chaque collection s'articule autour d'un thème.

 

Les bijoux IN GOLD WE TRUST sont en laiton et acier recouvert d'or 18 carats ou de palladium, faits à la main, à Paris à Paris et en France.

 
CHRONOLOGIE

Depuis notre première collection, nous dépeignons notre société dans un scénario d’anticipation. 

 

La première collection « CONSOMMABLE » aborde le sujet d’une société consumériste frénétique allant à sa perte.

Elle traite de la grande distribution et de la surconsommation, en détournant les symboles de la société consumériste dans sa globalité.

 

Suite à l’effondrement de celle-ci arrive la seconde collection « PREPPERS »

Incitant les gens à se préparer au pire, à un avenir difficile, différent.

Les preppers sont « les casaniers de l’apocalypse », ils prônent l’autosuffisance, pour faire face à un système sclérosé qui ne pourrait plus rien pour eux en cas de crise.

Elle ne traite pas directement de la fin du monde mais de comment s’y préparer si elle arrivait.

Elle matérialise l’atmosphère dite de la certitude du chaos : anticiper la fin pour ne pas survivre… mais plutôt vivre autrement.

"PREPPERS" revisite des objets techniques tels que la boussole, le sifflet ou encore le mousqueton avec 3 kits étanches oranges vifs : le nécessaire d’une nouvelle ère.

 

La troisième collection « PRINCIPIUM », parle de ceux qui ont survécu et de leur recherche d’un nouveau confort, une nouvelle esthétique.

On retrouve peu à peu la notion de superflu, d’appartenance et de marqueur social. La nature humaine se réaffirme avec vanité dans un éternel recommencement. 

Collection SS/21 : (Soon) 

 

Si l’on devait maintenant imaginer la renaissance économique de ce monde.

Un monde nouveau en surface, mais dont les fondations reposent sur les vestiges d’un monde déchu.

Un monde sans industrie ni moyens de production, où les hommes trouvent, récoltent et collectent des objets désuets, de la société perdue, pour inventer leur propre système, basé sur le principe de l’économie sociale et solidaire.

 

La nouvelle collection « Les Biffins » s’inspire et rend hommage à ces hommes et ces femmes, ces chiffonniers que l’on peut trouver à Paris, dans le quartier de la porte Montmartre, depuis plus d’un siècle. 

 

 

La « biffe » désigne un vieux morceau de tissu. Par extension, les « biffins » étaient des chiffonniers […]

 

Chaque week-end, sous le périphérique parisien, à deux pas du marché aux puces de Saint-Ouen, […] de nombreux biffins occupent les 100 places du « Carré des biffins » pour vendre des objets de récupération.

 

Le « Carré des biffins » est un marché social de la récupération. Ces vendeurs sont tous des acteurs du « ré-emploi ». Par leur activité sur le marché, ils participent à une économie du recyclage, du développement durable.

[…]

 

Extrait du texte de Mathieu Ménard sur son projet photographique intitulé « Biffin »

https://www.mathieumenard.fr/biffin

 

 

 

Les biffins sont de réels acteurs économiques. Leur activité de collecte et revente d’objets en tout genre voués à la déchetterie, contourne le système classique de production de denrées. Cette économie alternative serait sans nul doute l’une des mieux adaptées pour permettre à une société de se reconstruire, dans un monde dévasté, dans lequel la monnaie n’a plus de valeur.

 

Sur le marché des biffins, on retrouve une étonnante diversité d’objets totalement disparates.

Cette accumulation apparemment désorganisée, forme dans sa globalité, un ensemble cohérent, à l’image de la société, où la somme de chaque individualité forme un tout, riche et indissociable.

La collection « Les Biffins » retranscrit la diversité et la cohérence de ce mélange à la fois dans son concept et son esthétique.

Les pièces sont nombreuses et dépareillées, de tailles, matières et couleurs très variées. Elles sont en acier, laiton plaqué or, palladium et or rose, perles, ainsi qu’en argent massif.

Chacune d’entre elle fait référence à des objets, plus ou moins utiles, plus ou moins précieux, trouvés ou aperçus un jour au détour d’un marché sur un drap orange de biffin. Rasoirs, peignes, colliers de perles désuets, coquillages, jouets pour enfants ou autres boites d’allumettes ont inspiré cette collection à la fois consciente et poétique.  

Nous avons collaboré sur ce projet de show avec Mathieu Ménard, photographe.

Celui-ci a réalisé un reportage photographique saisissant, mettant en lumière la réalité de ces « biffins », sous forme de portraits de 13 d’entre eux.

Stocks limités et production à la commande participent à une action globale pour un nouveau processus de consommation raisonnée.